Guerre en Ukraine : comment en parler aux enfants ? Pourquoi les enfants jouent-ils à la guerre ?

Depuis jeudi 24 février, l'invasion de l'Ukraine monopolise l'actualité. La sidération et la peur sont susceptibles d'être également ressenties par les enfants. Comment leur expliquer la situation ?


"Selon plusieurs médecins, la guerre reste un sujet important à expliquer, même aux plus jeunes.

"Il ne s'agit pas de toute dire de la réalité, mais il s'agit de tout dire de ce qu'on ressent dans la famille. Si les parents sont inquiets, ils doivent dire qu'ils sont inquiets, sinon l'enfant ne comprend pas les messages", explique le docteur Serge Hefez, psychiatre. "

Pourquoi les enfants jouent-ils à la guerre ? source : je réussis.net "On parle ici de jouer à la guerre, pas de jeux vidéo (ce qui est tout à fait autre chose).

Ce genre de jeux, où l’enfant manipule des armes, commence en général à devenir intéressant pour l’enfant vers 3 ans et est plus fréquent chez les enfants qui regardent des programmes télé dans lesquelles interviennent des armes. Outre Mulan, Princesse Mérida, Robin des Bois et consort, il se peut aussi que les enfants puisent leur imagination dans le programme dédié aux plus grands qu’ils pourraient visionner malencontreusement.

Il est donc important, dans un premier temps, de surveiller ce que son enfant regarde à la télévision ou sur internet. Cependant, Céline Buntz, psychologue clinicienne, précise toutefois que même sans télévision ce type de jeu subsisterait. Pourquoi ces jeux de guerre ou de combats ? Tout d’abord, les enfants comme les adultes évoluent entre douceur et agressivité. Ils ont eux-mêmes leur trop-plein d’émotions et de pulsions qu’ils ont besoin de décharger !

  • Le combat est une manière de trouver et d’affirmer sa place en société

  • Cette reproduction du monde des adultes est une étape de sa construction, tout comme jouer à papa et maman." "

En ces temps difficiles, devons-nous interdire aux enfants de jouer à des jeux guerriers et de bataille?

Les jeux avec des armes jouets ou imaginaires sont très répandus et n’augmentent pas l’agressivité, sauf si les enfants ont déjà des troubles du comportement. Comme les autres jeux symboliques, les jeux de guerre favorisent l’imagination des enfants et pourraient aider les enfants à contrôler leur impulsivité et leurs émotions.


Accueillir de manière positive les jeux de guerre et les jeux de bataille

Les jeux de bataille incluent les luttes et les courses-poursuites, ils impliquent de nombreux contacts physiques et sont joués sans objets.

Les jeux de guerre sont de nature sociale ou solitaire et se jouent avec des armes-jouets ou imaginaires; ils mettent parfois en scène des superhéros. Dans les deux cas, il s’agit de jeux naturels qui participent à la construction et à l’épanouissement des enfants. Accueillir ces jeux signifie donc veiller à ce que l’environnement physique soit sécuritaire et que tous les joueurs soient consentants et aient du plaisir à participer.

Plus que de simplement tolérer ces jeux, l’adulte est vivement encouragé à y participer lorsqu’il est sollicité.


Intervenir au bon moment lors des jeux de bataille et de guerre

Les jeux agressifs ou turbulents peuvent entraîner des blessures s’ils ne sont pas surveillés ou encadrés. Mais il est important avant tout de se rappeler que ces blessures éventuelles découlent de la nature du jeu et non de son but.

Cette distinction importante permet également de départager les jeux agressifs ou les agressions ludiques des véritables agressions, qui elles ont pour but de causer du tort à autrui, et qui ne seront évidemment pas tolérées.


Ainsi, dans les combats ludiques :

• les rôles peuvent être inversés entre les participants;

• il y a de la coopération;

• la participation reste volontaire;

• il y a des courses-poursuites;

• les contacts physiques restent limités;

• les rires et les sourires sont de la partie pour tous.


Avant de décider s’il faut intervenir ou non, nous pouvons donc nous assurer au préalable de la présence de ces éléments. Au contraire, les éléments qui suivent peuvent être le signe d’un réel conflit auquel il faut mettre un terme :

• affect négatif (regard fixe, visage froncé, cris);

• unidirectionnel;

• séparation des pairs;

• ressource limitée en jeu (un jouet, une place spécifique à la table ou

l’exclusivité d’un ami


source :

Adele Faber et Elaine Mazlish ; Praticiennes et auteures de nombreux ouvrages

portant sur la communication avec les enfants, récipiendaires de prix prestigieux.

R o l a n d e F i l i o n : Psychopédagogue, coauteure du système d’analyse

psychologique du jeu ESAR

37 vues0 commentaire